à propos

 

Créé à Tours en 2015, Oliba International joue un répertoire original librement inspiré à la fois par diverses musiques africaines et par le jazz. Véritable petit orchestre portatif, Oliba se réapproprie des rythmiques et jeux de guitares issus notamment du sébène congolais, du benga et du tsapiky malgache en les combinant à la tradition des marching bands de la Nouvelle Orléans et développe une musique hybride et éminemment dansante.

Avec sa sono équipée de vieux pavillons en alu pour tous haut-parleurs, Oliba International pose le décor, et  nous transporte dans un ailleurs à la fois proche et lointain, ni tout à fait rural, ni tout à fait urbain : le quintet nous invite à un « bal-la-poussière » tropical et populaire.
Le groupe s’est approprié les codes de musiques afros qui accompagnent la vie quotidienne lors de célébrations, de mariages ou d’enterrements : sébène de la rumba congolaise, tsapiky de Madagascar, second line de la Nouvelle Orléans, benga du Kenya. Leur but ? La «  chauffe », amener l’auditoire à la danse età la transe, en le faisant revenir dans une poêlée de riffs de saxophone solaires et de guitare ultra-véloce, sur les charbons ardents d’un sousaphone affranchi et d’une indéfectible grosse caisse, au cœur des crépitements diaboliques d’une caisse claire hallucinée.

Fi des rôles attribués habituellement à chaque instr ument : ici on est dans la polyphonie, tantôt écrite et tantôt improvisée ; chacun contribue à développer des thèmes simples, vivaces, attachants.La forme longue des morceaux privilégie une évolution lente, quasi imperceptible, propice à  un effet hypnotique. On croit être dans la répétition mais les phrases se meuvent d’une manière organique, chaque instrument amenant sa propre variation : ils s’entremêlent et nous, on s’enivre du son. On est bien… et, tiens ? On s’est mis à danser.

Maxime Bobo   saxophone alto

Sébastien Rideau   guitare électrique

Malo Darcel   sousaphone

Etienne Ziemniak   caisse claire

Pascal Laurière   grosse caisse


Publicités